Histoires du lycée La Mennais de Guérande : 1989-2019

Genèse du lycée

par Élisabeth Grenneron

Quelques années avant la construction du lycée, mère d’élève à Saint- Jean-Baptiste de Guérande, je reçois l’enquête faite auprès des parents d’élèves : pour ou contre un lycée à Guérande. Tous les parents sont pour.

Résidant au Pouliguen, je vais voir le directeur de Saint-Louis, Frère Philippe, pour lui dire que je postule dès à présent pour ce lycée. Réponse : c’est un rêve, cela ne se fera pas. Deux ou trois ans après, changement de discours, il est décidé d’ouvrir une annexe Saint-Louis à Saint-Jean en attendant la construction du lycée. Les parents font pression : il faut des profs de Saint-Louis pour garantir l’égalité du niveau. Il faut donc des profs volontaires.

Pour cette 1ère année à Saint-Jean, deux classes de seconde (pour moi navette entre Guérande et Saint-Nazaire, les classes de 1ère et la terminale à Saint-Louis)

Avec moi : les Frères Bernard, responsable, et Daniel qui a beaucoup œuvré pour l’aboutissement de ce projet.

2ème année : 3 secondes, 2 premières, pour moi temps complet à Guérande.

Cohabitation avec les collégiens : les lycéens obligés de respecter la discipline de St Jean. Pas de problème particulier, mais début de dissensions avec certains collègues qui veulent reproduire exactement le fonctionnement de St Louis.

Beaucoup de discussions avec les Frères Daniel et Bernard qui sont d’accord pour que ce nouveau lycée ait sa propre identité.

Faits marquants :

  • la pose de la 1ère pierre
  • les réunions avec l’architecte J. Gimbert qui voulait l’avis des profs, futurs utilisateurs…
    • à la question : points sensibles ? Réponse : les WC : donc il en faut partout.
    • notre recommandation : l’isolation des salles de classe pour ne pas entendre le collègue voisin.
  • La salle d’histoire géo près du CDI.

3ème année, les 1ères secondes entrent en terminale dans des locaux neufs.

Faits marquants : l’inauguration officielle avec un excellent repas !

Le jour de la rentrée où on découvre que les WC de la salle des profs ne sont pas raccordés ! Les 1ères pluies : on découvre que le toit du seul bâtiment à étage fuit…..

Pour plusieurs d’entre nous à temps complet, c’est l’aventure : avec les frères Bernard et Daniel puis Ramuncho, tout est à définir, voir remplir : le CDI est quasiment vide. On décide d’être au plus près des élèves, à leur écoute mais avec de la discipline, ça ne rigole pas avec Eric Langlois….

Beaucoup de jeunes collègues arrivent, certains autres collègues réintègrent complètement st Louis. Avec Frère Daniel nous sommes de la même année et….les plus vieux, mais quel bonheur de travailler avec des jeunes…..