Histoires du lycée La Mennais de Guérande : 1989-2019

Le numérique, de 1992 à 2007

par Jacky Hérigault
enseignant en Physique-Chimie, de 1991 à 2007

Comme dans la plupart des établissements scolaires, l’équipement du lycée La Mennais en matériel informatique et son utilisation par les enseignants et les jeunes sont allés de pair, les possibilités nouvelles de celui-là et les demandes pédagogiques de ceux-ci se coordonnant et se renforçant mutuellement progressivement.

Dès la création du lycée, les ordinateurs du CDI permettaient aux élèves de rechercher l’information dans les bases de données du CDI lui-même et de l’Internet, et peu de temps après ceux de la salle multimédia donnaient la possibilité aux professeurs de faire travailler leurs classes sur des thèmes communs, pour des recherches d’informations mais aussi pour la construction de documents ou pour la pratique des langues vivantes en parallèle avec le laboratoire de langues (et ses applications analogiques :-).

Par la suite, sous l’impulsion de Frère Bernard souhaitant créer une option « Informatique En Sciences Physiques », une deuxième salle informatisée fut créée dans le bâtiment abritant les labos de SVT, Physique et Chimie. Les ordinateurs de cette salle servirent d’abord principalement à l’option IESP qui deviendra par la suite l’option MPI (Mesures Physiques et Informatique), une option donc orientée vers la mesure informatique en Sciences Physiques et qui cumule les deux apprentissages, informatique et scientifique. Étant proches des salles de travaux pratiques, les ordinateurs seront rapidement utilisés pour l’exploitation des mesures acquises expérimentalement, par des outils bureautiques ou par des logiciels dédiés.

Au moins jusqu’en 2007, année de mon départ, le lycée n’a possédé qu’un vidéoprojecteur, assez peu utilisé pour l’enseignement dans les premières années (m’a-t-il semblé, mais toute contribution même contradictoire est bienvenue :-), mais bien évidemment de plus en plus demandé par certains professeurs, à tel point que, m’étant moi-même pris d’intérêt pour ce nouvel outil pédagogique et l’utilisant pour la plupart de mes cours de Physique et Chimie en Terminale, je dus amener mon vidéoprojecteur personnel !

Pour conclure – provisoirement ? -, mes années mennaisiennes ont coïncidé avec l’éclosion d’une informatique grand public qui me semble avoir précédé son utilisation dans les établissements scolaires. Outre les vidéoprojecteurs, j’ai personnellement regretté l’absence d’ordinateur dans chaque classe, de caméra dans les labos, de tableaux blancs dans quelques salles spécialisées, mais il fallait sans doute laisser du temps au temps afin que ces nouveaux outils prennent leur juste place dans la panoplie préexistante. De nouveaux « nouveaux outils » attendent déjà et d’autres viendront sûrement…